Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 10:53

 



ENFIN LA VERITE SUR L'OURS ET LES BERGERS !
Repost 0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 09:27
Après douze années de lutte contre le projet de 3e delphinarium en France, le 4 novembre 2009, le Tribunal administratif de Loire-Atlantique a donné raison à One Voice et à SOS Grand Bleu qui avaient conjointement porté plainte. Selon les termes de la décision du tribunal, l'arrêté qui avait autorisé l'ouverture du delphinarium a été annulé. Une grande victoire d’abord pour tous les cétacés. Rappel des faits.

 

C’est une histoire sans fin qui vient de trouver son épilogue. Une histoire de lutte entre les intérêts de l’industrie de la captivité et les droits des animaux. les dauphins ont le droit de vivre une vie de dauphin et non de clown-esclave dénaturé. La décision rendue par le Tribunal administratif de Loire-Atlantique vient couronner de succès la longue lutte menée à la fois par des associations de défense des animaux, des scientifiques et des politiciens soutenus par l'opinion publique. Tous ont tenté, pour des raisons éthiques ou environnementales, de s’opposer à l’ouverture de ce delphinarium.


Tout a commencé en 1997


En 2007, le préfet autorise l’accueil de dauphins


Formidable occasion d’espérer


Interdire les delphinariums


Aujourd’hui, polluer et détruire l’environnement sont des actes inacceptables. Nous sommes désormais persuadés que l’Homme, à plus ou moins brève échéance, prendra conscience que l’exploitation des animaux n'est pas un choix éthique et responsable. Dans le prolongement de cette décision, la France aurait, selon nous, tout à gagner à interdire purement et simplement les delphinariums sur son territoire comme l’ont déjà fait le Costa Rica, le Chili, le Brésil ou la Grande-Bretagne.

SOURCE ONE VOICE
Cette décision ne va malheureusement pas permettre de libérer les 3 mâles et les 2 femelles arrivés à Port Saint-Père en janvier 2009. Le parc a décidé de faire appel. Mais cet appel n’est pas suspensif, l’arrêté préfectoral est annulé pour l’instant. Pour One Voice, cette décision offre une formidable occasion d'espérer une prise de conscience générale. Chacun a son rôle à jouer dans l’émergence d’une société respectueuse du vivant. Maintenir des dauphins en captivité est contre-nature et source de terribles souffrances pour les cétacés. La nature sauvage des océans ne peut se découvrir que libre le long des côtes, de Loire Atlantique ou d’ailleurs.

En 2005, le parc zoologique, devenu Planète Sauvage, fait une nouvelle demande d’autorisation. Une seconde enquête publique est ouverte en juin 2006. Une fois de plus, One Voice et SOS Grand Bleu contre-attaquent avec un nouveau dossier et la mise en place de campagnes de mobilisation. En avril 2007, le préfet autorise l’accueil de dauphins dans les bassins de Port Saint-Père. Aussitôt la décision rendue, les deux associations intentent une action devant le Tribunal administratif, seul recours possible, pour demander l’annulation de l’arrêté préfectoral. Une action qui, près de deux ans plus tard, porte ses fruits. Mais entre temps, 5 dauphins assurent le spectacle, depuis avril 2009, en lieu et place des otaries qui occupaient les bassins en attendant leur arrivée.

Tout a commencé en 1997. Le parc zoologique alors nommé Safari Africain demande l’autorisation d’ouvrir un delphinarium... et se lance aussitôt dans la construction des bassins sans attendre le résultat de l’enquête publique. One Voice, SOS Grand Bleu et des associations locales s’opposent à cette ouverture et déposent un dossier circonstancié, tant sur le plan scientifique, environnemental qu’économique. De nombreuses actions pour alerter l’opinion publique sont également organisées. Les arguments sont entendus par la Ministre de l’environnement de l’époque, Madame Dominique Voynet. Elle refuse, en 1998, l’autorisation de transport des animaux et, de fait, ne permet pas l’ouverture d’un troisième delphinarium en France, les conditions environnementales n’étant pas, selon elle, remplies.

Repost 0
Published by Cléopha - dans INFORMATION
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 14:58





Suite à la proposition de la compagnie "Celtic Link Ferries" d'ouvrir une voie de transport pour les exportations d'animaux vivants de Portsmouth en France, il y a eu des tentatives inquiétantes pour obtenir des camions transportant des moutons de Portsmouth.

Malgré les appels du public et des parlementaires pour mettre fin au commerce d'animaux vivants et la quantité de preuves scientifiques démontrant que les animaux souffrent durant ces longs transports, "Celtic Link Ferries" est devenue la compagnie prenant part à ce commerce inhumain.

"Compassion" condamne le commerce des animaux vivants et demande à ses partisans de faire pression sur "Celtic Link Ferries" pour changer leur politique et interdire ce commerce cruel et inutile.

CLIQUEZ ICI POUR SIGNER

Merci de votre participation

Traduction du mail que vous envoyez en signant :


J'ai été consterné(e) d'apprendre que Celtic Link Ferries propose de soutenir l'exportation cruelle et inhumain d'animaux de ferme vivants. Je vous écris pour vous informer que ni moi, ni mes amis, n'envisageons de voyager sur Celtic Link jusqu'à ce que la compagnie cesse de transporter des animaux destinés à l'abattage ou à l'engraissement.

 Bien que le parcours de Portsmouth à Cherbourg soit relativement court, il représente le début d'un transport qui peut se prolonger jusqu'à l'Espagne et durer jusqu'à 70 heures. Des preuves scientifiques ont prouvé que les longs trajets provoquent des douleurs et une détresse considérables. Les animaux sont souvent transportés dans des conditions surpeuplées, avec insuffisance de nourriture, d'eau ou de repos, pouvant aboutir à l'épuisement, la déshydratation et des blessures. 
 
De nombreuses compagnies maritimes de premier ordre, y compris P & O, SeaFrance, Brittany Ferries et Norfolk Line ont reconnu ces problème de protection important et ne transportent pas d'animaux vivants. Je vous invite à suivre leur exemple et de toute urgence revoir votre politique à l'égard de ce commerce inutile et cruel.

Repost 0
Published by Cléopha - dans PETITIONS CLOSES
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 10:40



Seal Hunt



HISTOIRE D'UN PHOQUE



Je suis né sur la banquise au large de la côte est du Canada, où la neige immaculée s'étend à l'infini. Durant les premiers jours, mon pelage duveteux était blanc comme la neige environnante ... puis au bout de deux semaines, il a commencé à tourner à l'argenté tacheté de noir.

C'est alors que ce paysage paisible a changé pour toujours.

J'ai entendu un grondement dans le lointain et bientôt j'ai pu apercevoir un bateau fendant la glace. Puis j'ai entendu le grand bruit d'un fusil, et j'ai vu des hommes sauter du bateau sur la glace armés de bâtons avec des pointes à l'extrémité.

Un des hommes s'est approché d'un bébé sans défense, l'a matraqué sur la tête encore et encore, puis a dépecé son corps sans vie avec un couteau.

Puis il m'a vu....

Je pense que vous savez comment l'histoire se termine.

En vérité, nous pouvons seulement imaginer ce que les phoques pensent, mais nous savons ce qu'ils ressentent - de nombreux phoques tués durant la chasse commerciale au phoque du Canada meurent dans d'atroces douleurs.

Dès qu'un bébé phoque commence à perdre son pelage blanc, en aussi peu de temps que 12 jours, ils est apte à être tué. Trop jeune pour se défendre ou fuir, il représente une cible facile.

Chaque printemps, environ un quart de million de ces douces créatures sont abattues à coups de fusil, battues avec une arme à pointe appelé un hakapik, et certains sont même dépecés vivants. Ceci pour la confection d'un manteau ou d'un chapeau. Cette cruauté est navrante et insensée et c'est à nous de l'arrêter.

Les phoques ne  peuvent pas conter leur propre histoire, nous devons donc nous exprimer à leur place.

Dites au Premier ministre Harper de mettre fin à la chasse aux phoques définitivement !

Boycottez les produits de mer canadiens !

S'il vous plaît signez la pétition et diffusez-la

CLIQUEZ ICI POUR SIGNER

Merci pour les phoques massacrés

Repost 0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 08:58


http://a10.idata.over-blog.com/0/07/62/41/bb-phoques/singes.jpg 


S'il vous plaît, SIGNEZ CETTE PETITION pour faire savoir à l'administrateur de la NASA, Charles Bolden Jr., que vous soutenez les efforts visant à arrêter l'utilisation de singes dans les études des radiations spatiales.

Traduction de la lettre

En tant que partisan de la mission de la NASA, je vous écris pour vous demander de cesser immédiatement le financement d'études sur les radiations spatiales impliquant l'utilisation de singes vivants.

Les différences génétiques, physiologiques, et anatomiques entre les humains et les singes limitent considérablement les conclusions qui peuvent résulter des études prévues. En cours, les études menées sur le plan éthique, utilisent déjà des méthodes non animales pour déterminer les effets des radiations sur l'homme.

Des expériences de radiations sur des primates non humains impliquent généralement des restrictions et d'autres procédures cruelles. Les singes, comme les autres primates, sont très intelligents, ont des liens familiaux forts, font preuve d'empathie, et, surtout, souffrent.

Je vous exhorte à mettre fin à ces expériences inhumaines et inutiles.

Repost 0
Published by Cléopha - dans PETITIONS CLOSES
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 10:54

Une cinquantaine d’associations s’insurge contre le prosélytisme des chasseurs dans les établissements scolaires, par le biais d’une lettre cosignée adressée à Monsieur Luc Chatel, Ministre de l’Education Nationale.

 

Usant du prétexte de «découverte de la faune et de la nature», les fédérations de chasse organisent de plus en plus d’actions auprès des écoles. Un accord entre ministères aurait été conclu sur une labellisation des fédérations des chasseurs en vue d’actions de découverte de l’environnement pour les scolaires.

Récemment, deux articles de presse relatant ces rencontres sont parus. Dans le premier, concernant une école maternelle, intitulé « En Sologne, la chasse… en classe ! » et publié le mardi 13 octobre 2009 dans le quotidien Le Parisien, un président de fédération de chasse explique : « Il faut que les jeunes possèdent une autre image de la chasse. Chasser, ce n’est pas uniquement tuer des animaux, c’est aussi s’intéresser à la gestion de la nature et à la régulation du monde animal ». Selon l’intervenante « Les enfants ont une image négative de la chasse. Je leur explique qu’il est pourtant utile de tirer sur les animaux ». Elle aurait également indiqué comment « repérer les différentes techniques de piégeage » et conclu en dévoilant que « expliquée simplement, la chasse sera mieux tolérée. ».

Le second article, nommé « Faire l'école buissonnière dans une palombière », paru le lendemain, soit le mercredi 14 octobre, dans le journal La Dépêche, est tout aussi révélateur. Il débute en expliquant que « les élèves de l'école de Roquetaillade sont partis à la découverte de la palombière ». Selon le journaliste « les élèves ont écouté avec beaucoup d'attention comment se pratiquait la chasse à la palombe ». Des explications sur « les différentes méthodes de chasse » ont été données, et la classe aurait « eu droit aussi à la simulation de la capture [d’oiseaux] au filet ».

Ainsi, le rôle de ces rencontres est clairement indiqué : faire découvrir et accepter la chasse aux enfants.

Les associations cosignataires de la lettre condamnent fermement ce prosélytisme et requièrent, auprès du Ministre de l’Education Nationale, de faire abroger la labellisation et de veiller à une stricte application du principe de laïcité dont l’une des composantes est la neutralité ; ceci, en mettant un terme immédiat à ces immixtions du lobby chasse dans les établissements scolaires.

La lettre est téléchargeable ici :
http://www.antichasse.com/lettre_luc_chatel.pdf  

Les associations cosignataires : ADEO Animalis, ANDPNC, A Pas de Loup, APIE, ASPAS, Association IDAE, Association MELES, Association UPLA, Association Végétarienne France, Autun Morvan Ecologie, AVES France, BORTA, CAPEN 71, Centre ATHENAS, C.H.E.N.E, Coloca Terre, CPN Brabant, CORA Rhône, CPEPESC Nationale, CPEPESC Franche-Comté, CROC BLANC, CVN, Dignité Animale, Dole Environnement, Droits Des Animaux, Franche-Comté Nature Environnement, FRAPNA Archèche, GPOV, L214, La Forêt de Léa, Le Clan, LFDA, Loire Vivante Nièvre Allier Cher, Loiret Nature Environnement, LPA de Calais, LPO Drôme, Meuse Nature Environnement, Mille Traces, Nature Centre, One Voice, Perche Nature, Pôle Grands Prédateurs, Rassemblement Anti Chasse, SEPANSO Béarn, Serre Vivante, SFEPM, SNDA, SOS Rivières Environnement, Veg Asso.

Monsieur le Ministre,

Nous souhaitons attirer votre attention sur un fait préoccupant : la recrudescence des interventions des chasseurs auprès des écoles. En effet, généralement sous le prétexte de « découverte de la faune et de la nature », les fédérations de chasse organisent de plus en plus d’actions au sein des écoles maternelles, élémentaires et parfois dans les collèges et lycées. Nous avons appris l'existence d'un accord entre différents Ministères (notamment ceux de l’Education Nationale et de l’Environnement) et la Fédération Nationale de la Chasse sur une labellisation en vue d’actions de découverte de l’environnement pour les scolaires. Si les fédérations des chasseurs ont obtenu en décembre 2008 l’agrément de « protection de la nature » (ce qui est parfaitement incohérent), il est utile de rappeler que la chasse est un loisir dont le but est de tuer des animaux pour se distraire.

C’est une passion qui ne fait d’ailleurs pas l’unanimité puisque 60 % de nos concitoyens condamnent cette pratique (sondage SOFRES). Il existe de nombreuses associations d’étude et de protection de la faune et de la nature, neutres et sans lien avec la chasse, avec pour unique objectif la protection de la biodiversité, ayant les connaissances et compétences nécessaires pour réaliser ces interventions. En outre, le Ministère de l’Education Nationale déplore, de manière récurrente, les actes de violence produits en milieu scolaire. N’est-il pas paradoxal de prétendre confier aux chasseurs un rôle pédagogique auprès des élèves, alors qu’ils utilisent des armes à feu et armes blanches, qu’ils se livrent régulièrement à des actes violents et cruels vis-à-vis de la faune ? Nous souhaitons que soient enseignées à nos jeunes enfants les valeurs du respect de la vie et de la biodiversité, et non que leur soit faite l’apologie d’une passion dont la finalité est de tuer des animaux.

Si le cabinet conseil en communication de la Fédération Nationale des Chasseurs a réussi à imposer l’usage des verbes « réguler », « prélever » et « gérer » à la place de tuer, il n’en demeure pas moins vrai que la chasse n’est pas une profession gestionnaire de la faune sauvage, mais reste une activité de loisir de plein air, une distraction tirant
plaisir à tuer des animaux. C’est cette réalité, contraire à l’éthique du respect de la vie, qu’ils cherchent à occulter.

Si au plan concret, après avoir interrogé plusieurs chasseurs, nous avons constaté que beaucoup répondent « Nous ne parlons pas de la chasse, mais seulement de la nature et des animaux », tout prosélytisme en faveur de la chasse dans le cadre de telles activités paraît difficilement évitable. En effet : Comment ne pas parler de chasse, lorsqu’ils présentent les animaux sauvages chassables aux enfants ? Comment ne pas parler de chasse, lorsque les écoliers leur posent des questions sur ce sujet ?

Comment ne pas parler de chasse, lorsqu’ils font participer des écoles à des lâchers de « gibiers » ? Comment ne pas parler de chasse, lorsqu’ils organisent avec des classes des simulations de battue ? Comment ne pas parler de chasse, lorsqu’ils font visiter aux enfants des « sentiers de piégeage » ? Comment ne pas parler de chasse, lorsqu’ils emmènent les écoliers découvrir leurs palombières ? Comment ne pas parler de chasse, lorsque des classes visitent les « maisons de la chasse et de la nature » ?

Les articles du quotidien Le Parisien, intitulé « En Sologne, la chasse… en classe ! », paru le 13 octobre 2009, et celui de La Dépêche, intitulé « Faire l'école buissonnière dans une palombière », paru le 14 octobre, sont très révélateurs. Le rôle de ces rencontres y est clairement indiqué : faire découvrir et accepter la chasse aux enfants. Quand bien même les chasseurs s’engageraient à ne pas parler de leur loisir, il faut bien avoir à l’esprit que leur motivation fondamentale reste, non pas d’éduquer les élèves à la nature, mais bien d’améliorer leur image.

Ces dernières décennies, le nombre de chasseurs est en diminution et les Français prennent de plus en plus conscience du caractère inacceptable de la chasse, tant sur le plan éthique et écologique, qu’en raison des accidents et de l’insécurité qu’elle occasionne. Ainsi, l’objectif réel de ces interventions est de cibler un jeune public (facilement influençable et sans esprit critique) pour s’attacher une image positive, sympathique et ludique, afin de faire accepter la chasse par ces prochaines générations et de recruter de futurs chasseurs. Il faut également rappeler que les chasseurs disposent d’un parti politique et  de puissants relais lobbyistes dans les assemblées et certains médias.
Trouvez-vous normal qu’un tel groupe de pression puisse organiser des événements avec les enfants dans le cadre de la scolarité, quels que soient les motifs ? Cela ne représente-t-il pas une tentative d’influence psychologique que les lois de la République condamnent au nom du principe de neutralité des services publics ?

De tels actes de prosélytisme masqué ne sont pas tolérables. De ce fait, nous vous demandons de bien vouloir faire révoquer la « labellisation » accordée aux fédérations de chasse et de veiller à une stricte application du principe de laïcité dont l’une des composantes consubstantielle est la neutralité ; ceci, en mettant un terme immédiat à ces immixtions du lobby chasse dans les établissements scolaires. Au vu de la circonstance, nous tenons à vous préciser ce qui suit : Il appartient en effet à l’Etat de garantir que l’Ecole de la République et l’enseignement dispensé soient, comme le rappelle l’article L. 141-1 du Code de l’éducation, « gratuit et laïque à tous les degrés ». Ce principe de laïcité de l'enseignement public qui résulte notamment des dispositions de l'article 10 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 et de l'article 2 de la Constitution du 4 octobre 1958, a pour composante essentielle la neutralité de l'ensemble des services publics. Ces principes démocratiques élémentaires sont d’ailleurs à juste titre rappelés sur le site de votre ministère qui rappelle que « L'enseignement public est neutre : la neutralité philosophique et politique s'impose aux enseignants et aux élèves »

CLIQUEZ ICI POUR SIGNER

Merci de votre participation

Repost 0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 09:00

Les dauphins de Port-Saint-Père ont boosté les visites du parc cet été.
Le tribunal administratif de Nantes vient de rendre son arrêté dans l’affaire du delphinarium de Port-Saint-Père. Il a donné raison aux associations de protection des animaux en annulant l’arrêté préfectoral du 30 avril 2007, qui avait autorisé cette ouverture.

Reste que sa décision ne repose pas sur la protection des animaux mais sur les rejets des eaux salées dans la nature et la capacité du groupe à assumer la pérennité de l'équipement.


SOURCE
Repost 0
Published by Cléopha - dans INFORMATION
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 14:40

Je diffuse :

Après les récentes enquêtes en caméra cachée en Israël, voici une nouvelle  infiltration récente menée 8 mois durant au Royaume-Uni au nom de la BUAV dans les sinistres laboratoires britanniques Wickham Laboratories (un CRO concurrent de HLS au service de l'industrie pharmaceutique britannique) .
http://www.timesonline.co.uk/tol/news/uk/article6898099.ece
  (texte en anglais et fenêtre vidéo - scènes difficiles)

Ces scènes vidéo montrent notamment la manière dont des laborantins traitent  les souris empoisonnées en mode Dose Létale 50 (DL 50) avec du Dysport  (toxine botulique concurrente du Botox aussi et servant à lutter contre les
contractions du muscle oculaire, les mouvements convulsifs faciaux et les spasmes musculaires) .

Voir comment ils leur brisent le dos avec une pointe de stylo (le même qui servira ensuite à écrire les rapports de toxicité) en tentant "maladroitement" (= sauvagement) de les euthanasie et les laissent agoniser ainsi.

D'après ce qu'a pu constater l'enquêteur, 41 088souris ont été sacrifiées par ce labo à la réputation déjà lourde entre janvier et juin 2009 pour ces tests de toxicité... De quoi ne pas arranger les affaires d'Ipsen avec ses tests de Box sur des souris donc...

Voir aussi les injections ratées à répétition sur des lapins immobilisés en contention pendant 8 heures pour se voir administrer des substances médicamenteuses afin de vérifier si ces dernières provoquent de la fièvre.

Ça se passe comme ça au Royaume-Uni en 2009 - et pas que là-bas (la vivisection est un juteux marché international) , même si les autorités de ce pays ont décidé de diligenter une enquête de plus, pour la forme.

Tout cela alors que des méthodes de substitution à la DL 50 sans animaux sont utilisées par d'autres labos britanniques (voir dossier Ibsen/Box ici :
http://stopauxanimauxdansleslabos.blogspot.com/2009/08/ipsen-continu-de-tuer-des-millers-de.html

Voilà à quoi servent les souris quand elle ne servent pas à la recherche surla maladie d'Elsheimer. ..

Repost 0
Published by C & L - dans INFORMATION
commenter cet article
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 15:30

Une enquête a été menée par 8 investigateurs dans les principales universités israéliennes [] qui expérimentent sur les animaux. Elle révèle la face cachée d’une activité que le lobby pro-vivisection tient à garder secret vis à vis du public. Tout d’abord un chiffre évocateur : un demi million. C’est le nombre d’animaux sensibles et innocents qui sont utilisés et sacrifiés chaque année, rien que dans les laboratoires israéliens. Plus de 100 millions d’animaux sont tués annuellement dans des expériences similaires à travers le monde.


La série de caméras cachées que vous allez voir a été prise dans les laboratoires israéliens. Elle a été réalisée grâce à la coopération de plusieurs organismes : Behind Closed Doors, Let The Animal Live et Animal Log.

Ce que montrent les images : dans d’interminables rangées de petites boîtes, des rats, des souris et des lapins subissent diverses expériences avant d’être tués. Des animaux se font décapiter, amputer les membres aux ciseaux. D’autres subissent des procédures invasives ou se font retirer des organes...tout ceci, alors qu’ils sont encore vivants et conscients.


A l’examen des articles publiés suite aux expériences filmées pendant les investigations, les enquêteurs ont conclu que ces pratiques considérées comme appartenant à la "recherche fondamentale" ne présentent pas plus d’intérêts pour la médecine humaine que pour la médecine animale.

Nota : Les procédés employés dans les laboratoires israéliens sont représentatifs de ce qui se passe dans les laboratoires à travers le monde. Les législations sont partout semblables.

Des témoignages édifiants

Plusieurs enquêteurs ayant participé à cette série d’investigations rapportent ce qu’ils ont vu.

Avi a été employé dans une animalerie de laboratoire. Il explique que « Le chercheur a recousu la tête d’un rat après l’expérience, l’on pouvait voir l’animal essayer d’échapper à l’aiguille. Il est certain que l’animal souffrait, puisque l’anesthésie n’avait pas été faite correctement. Pourtant le chercheur n’ y a pas prêté attention, sachant que le rat serait tué ultérieurement ».


Hagit, un étudiant en recherche, indique que « Tous les traitements pratiqués sur les animaux sont faits comme si c’était juste des tests en éprouvette". Il dénonce la banalisation du statut de l’animal, davantage considéré comme une machine que comme un être vivant sensible."Pour eux c’est juste un animal parmi tant d’autres. Ils injectent, dissèquent...le pire cas est celui où l’entaille n’est pas effectuée au bon endroit, mais pour les chercheurs ce n’est pas grave puisqu’ils peuvent utiliser un autre animal ».


Yair a été employé comme technicien de recherche durant 6 mois. Un jour, alors qu’il demandait à un vivisecteur pourquoi il utilisait le modèle animal, il eut cette réponse : « C’est le modèle classique depuis 60 ans. Vous injectez la tuberculose à un rat et ça lui provoque de l’arthrite... L’examen consiste à observer l’évolution du gonflement et de la rougeur de ses pattes. Je fais ça par habitude et par facilité. N’importe quelle chose intéresse les hommes. La science est un domaine où n’importe qui peut trouver sa voie ».

L’horreur vécue par les animaux dans les laboratoires

Repost 0
Published by C & L - dans INFORMATION
commenter cet article
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 07:44



Suite à une plainte d'un élève, PETA a appris que l'Université d'Etat de Saginaw Valley (SVSU) oblige des étudiants en psychologie et biologie de pratiquer des expériences sur des rats et des grenouilles.

Dans certaines de ces expériences, des rats privés de nourriture doivent  appuyer sur un levier pour recevoir une boulette de nourriture. Ils sont ensuite asphyxiés.

Dans un autre cours, des rats sont infectés par des parasites des larves du ténia, puis tués et disséqués.

Dans un laboratoire de physiologie les cervelles des grenouilles sont détruites en enfonçant une aiguille à travers leur crâne. Puis eles sont disséquées, tandis que leur cœur bat encore.

Il existe des méthodes sans cruauté pour remplacer ces expériences cruelles et meurtrières. Ces alternatives ont prouvé à maintes reprises que pour enseigner l'anatomie et la physiologie, elles étaient aussi fiables que l'utilisation des rats et des grenouilles.

PETA a déjà demandé à la SVSU de remplacer ces expériences dépassées.

S'il vous plaît signez cette pétition pour demander aux responsables de la SVSU de mettre fin à ces expériences et de mettre en œuvre des méthodes d'enseignement sans animaux dans les cours de sciences de l'université.

CLIQUEZ ICI POUR SIGNER

Merci de votre soutient

Repost 0
Published by Cléopha - dans PETITIONS CLOSES
commenter cet article

Recherche