Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 09:45

 

vivisection

 

De nombreuses personnes se battent contre l'expérimentation animale, mais cet objectif semble utopique, alors qu'aujourd'hui, 12,1 millions d'animaux sont utilisés à des fins scientifiques en Europe (dont 77,5 % de rongeurs). Si ce chiffre a connu une diminution constante depuis les années 1980, une tendance à la hausse pourrait s'observer, notamment à la faveur de la directive Reach qui impose une meilleure connaissance de la toxicité de nombreuses substances chimiques. Le problème de l'harmonisation de la réglementation européenne concernant l'expérimentation est donc un sujet aussi délicat que majeur qui suscite d'âpres discussions et négociations depuis de nombreuses années.

 

Confrontés à ces différents enjeux, les représentants des 27 États membres de l'Union européenne sont récemment parvenus à un accord attendu de longue date par les protecteurs des animaux. C'est même une étape importante sur le chemin de la révision de la directive de 1986, qui reprenait la règle des 3R (remplacer, réduire, raffiner, c'est-à-dire limiter la douleur) édictée à la fin des années 1950 par deux scientifiques britanniques. Le souhait de réviser cette réglementation s'est exprimé dès 2001 au sein du Parlement européen, et la présidence suédoise souhaitait, au deuxième trimestre 2009, aboutir à un accord avant la fin de cette année. Il aura cependant fallu attendre la mi-mai pour que les représentants de l'Union adoptent un texte commun, qui doit encore être examiné par le Parlement européen.

 

Considérant que "l'objectif ultime" demeure l'interdiction de l'expérimentation animale, ce projet incite à son remplacement "dans toute la mesure du possible", par "une méthode de substitution scientifiquement satisfaisante". Des autorisations devront être délivrées au cas par cas et elles concerneront uniquement les travaux ayant pour but de faire avancer la recherche sur l'homme, les animaux et des maladies graves et potentiellement mortelles. Le texte appelle également à une réduction maximale de "la douleur et la souffrance infligées aux animaux". Concernant les expériences sur les grands singes, comme les chimpanzés, les gorilles et les orangs-outans, le principe d'une interdiction est posé ; il ne pourra y être dérogé que de façon exceptionnelle. Un débat sur la nouvelle réglementation relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques aura lieu demain, à Paris, au Palais du Luxembourg.

 

source

Partager cet article

Repost 0
Published by Cléopha - dans INFORMATION
commenter cet article

commentaires

Recherche