Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 16:00

À la lumière de récentes informations sur le fait que jusqu'à 58 000 bébés phoques du Groenland ont été tués cette année, l'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux - www.ifaw.org) se demande d’où le financement provient pour acheter autant de peaux, compte tenu du marché désastreux des produits du phoque en début de saison. Le mois dernier le représentant du Canadian Sealers Association, Frank Pinhom a déclaré que plusieurs des transformateurs de peaux de phoque avaient un inventaire datant de plusieurs années.

 

Les médias ont signalé, la semaine dernière, qu'un seul acheteur à Terre-Neuve NuTan Furs achèterait moins de 15 000 peaux cette année. Le seul bateau qui a quitté les Iles de la Madeleine le mois dernier, pour chasser le phoque pour le marché de la viande, a admis qu'il a été contraint de jeter par-dessus bord les peaux en raison de l'absence de débouchés pour les peaux de phoque.

 

Aujourd'hui, un article de la Presse canadienne cite monsieur Pinhorn disant que jusqu'à 72 000 phoques devraient être tués cette année. « Ça sent mauvais », a déclaré Sheryl Fink d’IFAW. « Pourquoi est-ce que les chasseurs du Québec lancent des peaux dans l'eau tandis que les chasseurs de Terre-Neuve ont maintenant un acheteur pour 72 000 peaux? Il semble étrange que NuTan soit en mesure d'acheter des peaux de phoque au prix presque du double de l'an dernier alors que d'autres transformateurs de Terre-Neuve soient incapables de se débarrasser de leur stock de peaux. Il semble également étrange que la demande de peaux de phoque monte en flèche en moins d'une semaine », a souligné Fink.

 

 La réduction dramatique de glace dans l'Est du Canada cette année a obligé les bébés-phoques survivants à se concentrer sur de petits îlots de glace, ce qui rend les bébés nouvellement sevrés particulièrement faciles à tuer. « Ca n’a pas de sens. Les opportunités inégales de marchés entre les chasseurs des différents provinces tout comme cette hausse supposée de demande de peaux en Nouvelle-Ecosse sont inhabituelles », a déclaré Fink. Les transformateurs ont payé trop cher pour les peaux en 2006 et pour cette raison ils ont encore aujourd’hui des stocks de peaux. Il est possible qu'ils fassent la même erreur encore cette année, mais il est encore peut-être plus probable que les fonds proviennent d'autres sources », a conclu Fink.

 

SOURCE

Partager cet article

Repost 0
Published by C & L - dans INFORMATION
commenter cet article

commentaires

Recherche