Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 20:20

Exclusif. L'Hebdo de Genève a pu parler à Ronnie Lee, le premier écoterroriste de l'histoire. L'Anglais de 58 ans exige la création d'un tribunal de Nuremberg pour les crimes contre les animaux.

 


L'Hebdo :
Que savez-vous des activistes qui ont mis le feu à la maison de vacances de Daniel Vasella, patron de Novartis ?


Ronnie Lee :
Pas grand-chose. J'en ai juste entendu parler dans les médias. Vous savez, j'ai quitté l'activisme. J'ai laissé la place aux jeunes. Aujourd'hui, je me limite à soutenir la vingtaine de nos militants emprisonnés en Angleterre.


Condamnez-vous les opérations commando qui ont défrayé la chronique en Suisse ?


Non. En fait, je les comprends. La pression de la part de la justice sur les activistes est trop forte. Ils ne peuvent plus manifester sans être menacés. Les frustrations sont énormes. Et les lois censées protéger les animaux contre des expériences inutiles et des tests inhumains changent trop lentement.


Mais pourquoi recourir à la violence ?


Ces actions font souffrir les gens qui gagnent de l'argent sur le dos des animaux et les torturent. N'attendez aucune compassion de ma part pour des personnes qui n'en ont aucune pour les animaux. S'ils sont blessés durant une action, c'est leur problème. Pas le nôtre.


Vos propos sont radicaux. Pourquoi, parce que vous avez passé plus de huit ans derrière les barreaux ?


Je ne le regrette pas pour un penny. Au début, nous étions six pour lutter en faveur les droits des animaux. Aujourd'hui, ils sont des milliers, partout dans le monde. Nos actions ont en outre permis de faire évoluer la cause. En Angleterre, par exemple, l'industrie de la fourrure a disparu du paysage. Le nombre d'animaux sacrifiés sur l'autel du projet des groupes pharmaceutiques a également baissé. La lutte continuera tant que ce massacre inutile d'animaux sans défense se poursuivra.


Pourquoi avoir recours à la violence ?


Il faut s'entendre sur la notion de violence. Pour moi, c'est de l'autodéfense des animaux. Ils ne peuvent pas se défendre eux-mêmes, alors qu'ils sont nos égaux, qu'ils ont les mêmes droits que nous.


Nos égaux ?


Qui a donné le droit à l'être humain d'utiliser d'autres êtres vivants à son profit ? L'espèce animale a les mêmes droits que nous. Ils sont comme nos enfants. Vous, par exemple, vous ne réagiriez pas si un enfant était abusé sexuellement ? Bien sûr que oui. Nous, c'est la même chose, mais pour les animaux. Reste que nous dérangeons. Si les lois sont trop dures avec nous, si nos camarades sont emprisonnés, c'est parce que les politiciens sont sous la coupe des entreprises pharmaceutiques. Elles sont très puissantes. Elles les manipulent. Nous sommes les derniers à faire peur à ces génocidaires.


Génocidaires ? Vous plaisantez !


Les gens comme Vasella sont des génocidaires. Et ils doivent être punis. Ce sont des criminels comme les nazis l'ont été après ce qu'ils ont fait aux juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont réduit en esclaves des milliards d'animaux pour leur profit. Il est là, le scandale. Il faut mettre en place un tribunal comme celui de Nuremberg pour les crimes contre les animaux.


Et, si vous pouviez parler à Daniel Vasella, que lui diriez-vous ?


Que c'est un être cruel et méprisable. Ce que fait son entreprise est déplorable. Il doit être jugé pour ce qu'il fait aux animaux. Il agit contre la nature. Comme beaucoup d'autres, il mérite de passer le reste de sa vie derrière les barreaux. C'est un prédateur et un terroriste.


Exclusif. L'Hebdo de Genève a pu parler à Ronnie Lee, le premier écoterroriste de l'histoire. L'Anglais de 58 ans exige la création d'un tribunal de Nuremberg pour les crimes contre les animaux.

L'Hebdo : Que savez-vous des activistes qui ont mis le feu à la maison de vacances de Daniel Vasella, patron de Novartis ?


Ronnie Lee :
Pas grand-chose. J'en ai juste entendu parler dans les médias. Vous savez, j'ai quitté l'activisme. J'ai laissé la place aux jeunes. Aujourd'hui, je me limite à soutenir la vingtaine de nos militants emprisonnés en Angleterre.


Condamnez-vous les opérations commando qui ont défrayé la chronique en Suisse ?


Non. En fait, je les comprends. La pression de la part de la justice sur les activistes est trop forte. Ils ne peuvent plus manifester sans être menacés. Les frustrations sont énormes. Et les lois censées protéger les animaux contre des expériences inutiles et des tests inhumains changent trop lentement.


Mais pourquoi recourir à la violence ?


Ces actions font souffrir les gens qui gagnent de l'argent sur le dos des animaux et les torturent. N'attendez aucune compassion de ma part pour des personnes qui n'en ont aucune pour les animaux. S'ils sont blessés durant une action, c'est leur problème. Pas le nôtre.


Vos propos sont radicaux. Pourquoi, parce que vous avez passé plus de huit ans derrière les barreaux ?


Je ne le regrette pas pour un penny. Au début, nous étions six pour lutter en faveur les droits des animaux. Aujourd'hui, ils sont des milliers, partout dans le monde. Nos actions ont en outre permis de faire évoluer la cause. En Angleterre, par exemple, l'industrie de la fourrure a disparu du paysage. Le nombre d'animaux sacrifiés sur l'autel du projet des groupes pharmaceutiques a également baissé. La lutte continuera tant que ce massacre inutile d'animaux sans défense se poursuivra.


Pourquoi avoir recours à la violence ?


Il faut s'entendre sur la notion de violence. Pour moi, c'est de l'autodéfense des animaux. Ils ne peuvent pas se défendre eux-mêmes, alors qu'ils sont nos égaux, qu'ils ont les mêmes droits que nous.


Nos égaux ?


Qui a donné le droit à l'être humain d'utiliser d'autres êtres vivants à son profit ? L'espèce animale a les mêmes droits que nous. Ils sont comme nos enfants. Vous, par exemple, vous ne réagiriez pas si un enfant était abusé sexuellement ? Bien sûr que oui. Nous, c'est la même chose, mais pour les animaux. Reste que nous dérangeons. Si les lois sont trop dures avec nous, si nos camarades sont emprisonnés, c'est parce que les politiciens sont sous la coupe des entreprises pharmaceutiques. Elles sont très puissantes. Elles les manipulent. Nous sommes les derniers à faire peur à ces génocidaires.


Génocidaires ? Vous plaisantez !


Les gens comme Vasella sont des génocidaires. Et ils doivent être punis. Ce sont des criminels comme les nazis l'ont été après ce qu'ils ont fait aux juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont réduit en esclaves des milliards d'animaux pour leur profit. Il est là, le scandale. Il faut mettre en place un tribunal comme celui de Nuremberg pour les crimes contre les animaux.


Et, si vous pouviez parler à Daniel Vasella, que lui diriez-vous ?


Que c'est un être cruel et méprisable. Ce que fait son entreprise est déplorable. Il doit être jugé pour ce qu'il fait aux animaux. Il agit contre la nature. Comme beaucoup d'autres, il mérite de passer le reste de sa vie derrière les barreaux. C'est un prédateur et un terroriste.

source

Partager cet article

Repost 0
Published by C & L - dans INFORMATION
commenter cet article

commentaires

Bambou254 25/08/2009 09:05

(T'ention, vous avez mis deux fois le même texte à la suite.)

A part ça, je soutiens la cause à 100% !!! Ces actions sont même à mon goût trop peu nombreuses.
Comme pour les faucheurs d'OGM, comme pour Stéphan Lhomme, qu'ils n'ont pas osé garder en prison sinon scandale international...

Il faut mettre la pression, dénoncer les scandales, et puisque les gens ne s'en soucient pas quand on distribue des tracts dans la rue ou qu'on fait des manifs pacifiques, ben reste à faire parler des problèmes en en créant, qui seront au moins rapportés dans la presse. Ca fera peut-être mieux comprendre les enjeux au public!

Recherche